Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de la CCPS (Communauté de Communes du Pays des Sources).

Une carte postale du milieu du XXe siècle.

Située à 5 km au nord de Compiègne, cette commune de 1 050 habitants a une superficie de 1 040 hectares, dont trois quarts de terres agricoles (coteaux ouest). Elle est traversée par une petite rivière, l’Aronde, et couvre, à l’est, une partie du mont Ganelon, point de vigie stratégique dès l’époque gauloise. Sur la ligne de chemin de fer Compiègne-Roye, mise en service en 1881, le trafic voyageurs cessa vers 1942.
Coudun existe au moins depuis le VIIe siècle (une charte de 638 indique que le roi Dagobert donne le village à l’abbaye de Saint-Denis). En 877, les terres sont données par Charles le Chauve à l’abbaye Saint-Corneille de Compiègne, lors de sa fondation.
Coudun fut, au Moyen Âge, le siège d’une seigneurie dont deux titulaires (Raoul et son fils Jean) occupèrent des fonctions importantes dans l’entourage royal entre 1350 et 1415.
Coudun, qui dépendait du diocèse de Beauvais, était le chef-lieu d’un doyenné, qui comprenait une collégiale, 34 cures, 26 chapellenies et 3 prieurés. Deux paroisses se partageaient le bourg : Saint-Hilaire, à qui est consacrée l’église actuelle, et Notre-Dame, dont l’église a disparu et où était implanté le château. Saint-Hilaire, construction complexe remontant essentiellement au 12ème siècle, est l’un des rares édifices romans complet et intact de la région.

1698 : extrait de la carte de Pennier.

Du 28 août au 22 septembre 1698, plus de 60 000 hommes furent rassemblés pour des manœuvres militaires, en présence du roi Louis XIV, dont le quartier général était à Coudun. De nombreux bataillons d’infanterie et escadrons de cavalerie, appuyés par une imposante artillerie, simulèrent diverses attaques. Ce camp est notamment relaté par le célèbre mémorialiste de l’époque, Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, dans ses Mémoires. Officiellement, Louis XIV voulait former au métier de la guerre son petit-fils le duc de Bourgogne. En réalité ces opérations avaient pour but d’impressionner l’Europe en montrant la puissance de l’armée royale ; elles furent dirigées par le maréchal de Boufflers, qui reçut le roi et la Cour avec tant de munificence et de luxe que les contemporains en furent frappés.

En 1790, Coudun, qui fait partie de l’élection de Compiègne et de la généralité de Paris, est chef-lieu d’un canton du district de Compiègne. Puis elle intègre le canton de Ressons-sur-Matz, et, en 2015, celui d’Estrées-Saint-Denis.
[ RD, d’après diverses sources ]

Site Internet de la mairie

Cliquer ici pour y accéder.

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous trouverez bien sûr la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec la commune.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, délibérations municipales, registres matricules, cartes et plans, etc.

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à Coudun peuvent être listés via le moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. Voici un lien direct à titre d’exemple :
– Notice historique d’Émile Coët (1883). Voir les pages 331 à 336.

Autres documents

– Albums de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : cliquer ici pour y accéder. Pour trouver tous les albums (9, en février 2022), une fois sur le site, activer la zone de recherche (taper Ctrl+F), y saisir « Coudun », et taper deux fois sur la touche Entrée du clavier ; les intitulés des albums sont sur la colonne de droite.
– Notre-Dame et Saint-Hilaire : site “Églises de l’Oise” (cliquer ici) ; dessins d’Eugène Woillez (extraits de “Archéologie des monuments religieux de l’ancien Beauvaisis pendant la métamorphose romane”, 1839-1849) : cliquer ici.
– Sucrerie de Coudun : cliquer ici.

SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION