Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de la CC2V (Communauté de Communes des Deux Vallées).

Le château (en 2008).

Située à une dizaine de kilomètres au nord-est de Compiègne, Le Plessis-Brion, commune d’environ 1350 habitants, a une superficie de 747 hectares, dont 70%, à l’est et au sud, appartiennent à la forêt domaniale de Laigue.
Sa partie ouest, limitée par la sinueuse “vieille Oise” non canalisée (le canal latéral à l’Oise passe, quant à lui, par la commune voisine de Thourotte), contient plusieurs étangs ; le paysage y sera remodelé par la création du canal Seine – Nord Europe mis en service vers 2030.
Le village doit son nom actuel au mot « plessis », qui désignait une enceinte défensive constituée de haies de branchages entrelacés et de palissades grossières, et à un dérivé de “brya” ou “brica” (bruyères) ou “briva” (pont).
Le château, un des deux seuls de l’Oise datant de la Renaissance, est construit autour de 1500 par Jean de Poumereux, Grand Maître de l’Artillerie de François 1er, sur les fondations d’une forteresse médiévale qui contrôlait le passage de l’Oise. Au XVIIIe siècle, il est acquis par une comédienne, Rose Michele Raquet, qui épouse d’abord un mousquetaire du Roi, puis son intendant, Jean Nicolas Matigny de la Boissière. De nombreuses modifications sont alors effectuées dans l’architecture du château. Au XIXe siècle, la famille Bréda procède à son tour à diverses modifications. En juin 1918, le château souffre de la guerre. Il est classé monument historique en 1991.
Située juste à côté de l’entrée du domaine du château, l’église Notre-Dame n’est devenue paroissiale qu’après la disparition de l’église Saint-Sulpice, qui était implantée dans le cimetière et dont une chapelle garde le souvenir. Notre-Dame était cependant déjà mentionnée au XVe siècle et le choeur actuel remonte peut-être à cette époque.
En 1790, lors de la création du département de l’Oise, Le Plessis-Brion appartient au canton de Rethondes, puis, en 1801, à celui de Ribécourt (devenu Ribécourt-Dreslincourt en 1972), puis, depuis 2014, à celui de Thourotte.
Pour des précisions sur l’histoire du village, on peut consulter les articles d’un des propriétaires du château, le Comte Jean de Berg de Bréda (voir ci-après).
[ RD, d’après diverses sources ]

Site Internet de la mairie

Cliquer ici pour y accéder. Mais il n’y a pas (en 2022) de page consacrée à l’histoire de la commune.

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous y trouverez la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec Le Plessis-Brion. Notamment :
– “Les Seigneurs du Plessis-Brion au XVIIIe siècle“, par le Comte Jean de Berg de Bréda, bulletin n° 13 de la Société Historique de Compiègne, 1910, p. 67 à 77.
– “Recherches historiques sur la paroisse du Plessis-Brion“, par le Comte Jean de Berg de Bréda, bulletin n° 15 de la Société Historique de Compiègne, 1913, p. 1 à 98.
– “Le château du Plessis-Brion“, par le Comte Jean de Berg de Bréda, bulletin n° 19 de la Société Historique de Compiègne, 1929, p. 159 à 175.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont numérisées et consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.
On peut aussi, sur place, à Beauvais (71 rue de Tilloy), consulter (gratuitement) les documents non numérisés. Ceux-ci, regroupés par dossiers cotés, sont très nombreux… On peut se faire aider dans ses recherches par le ou la responsable de la salle de consultation, mais on peut également préparer sa venue en consultant auparavant, sur Internet, les inventaires qui sont numérisés (cliquer ici).
À noter que de nombreuses communes de l’Oise ont déposé à Beauvais une partie de leurs propres archives (cliquer ici pour voir la liste des cotes des dossiers communaux). Mais de nombreux autres documents concernant les communes sont disséminés dans les dossiers des diverses séries.
Un petit guide intitulé « Retracer l’histoire d’une commune » est proposé sur le site des Archives de l’Oise (cliquer ici).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à une commune donnée peuvent être listés en utilisant son moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. On peut aussi passer par un sous-ensemble de Gallica consacré au département de l’Oise (cliquer ici).

Voici quelques liens :
Notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, par Émile Coët (1883), pages 411 à 414.
Compiègne et ses environs, de Léon Ewig (1860), pages 122 et 123.

Autres documents numérisés

Extrait du Précis statistique sur le canton de Ribécourt, de Louis Graves, 1839.
– Albums de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : cliquer ici. Ce site présente (en 2022) 8 albums ; pour les trouver, une fois sur le site, activer la zone de recherche (taper Ctrl+F), y saisir “Brion”, et taper deux fois sur la touche Entrée du clavier ; les intitulés des albums (et leurs liens) sont sur la colonne de droite.
Église Notre-Dame (site “Églises de l’Oise”).

SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2023. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION