Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de la CC2V (Communauté de Communes des Deux Vallées).

Carte postale du site Wikipédia.

Située à une dizaine de kilomètres au nord-est de Compiègne, Mélicocq, commune d’environ 780 habitants, a une superficie de 653 hectares, composée de 70% de terres arables et de 20% de forêts.
Elle est traversée dans sa partie sud-est par la RD1032, une voie rapide reliant Compiègne à Noyon, et dont un échangeur dessert Mélicocq (et Thourotte).
Le village lui-même, au centre de la partie nord-est du territoire communal, est proche du Matz, une rivière d’environ 24 kilomètres, qui prend sa source plus au nord (à Canny-sur-Matz) et se jette dans l’Oise à Thourotte.
Sur cette rivière, ont fonctionné deux moulins à eau, dont un, dit de Lhuillier (on trouve plusieurs autres orthographes voisines), était un moulin à huile.
Le nom “Mélicocq”, attesté sous la forme “Molinus cottus” en 723, viendrait du latin molinum (moulin) et coctus (brûlé).
Mélicocq fut l’une des communes du Beauvaisis qu’évangélisa Saint Amand, se rendant à Compiègne près du roi Dagobert. La cure de Mélicocq fut donnée en 1087 à l’abbaye de Choisy-au-Bac ; plus tard, l’abbaye Saint-Médard de Soissons en tira des bénéfices. L’église Saint-Martin, déjà reconstruite vers 1300 et vers 1736, l’a de nouveau été après 1918, suite aux destructions dues à la guerre.
Relativement épargnée de 1914 à 1917, Mélicocq subit de violents combats lors de la “Bataille du Matz”, du 5 au , journées pendant lesquelles les soldats de la IIIe armée française stoppent la marche allemande sur Paris.
En 1790, lors de la création du département de l’Oise, Mélicocq appartient au canton de Coudun, puis, en 1801, à celui de Ribécourt (devenu Ribécourt-Dreslincourt en 1972), puis, depuis 2014, à celui de Thourotte.
[ RD, d’après diverses sources ]

Site Internet de la mairie

Cliquer ici pour accéder à une page de présentation de la commune.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont numérisées et consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.
On peut aussi, sur place, à Beauvais (71 rue de Tilloy), consulter (gratuitement) les documents non numérisés. Ceux-ci, regroupés par dossiers cotés, sont très nombreux… On peut se faire aider dans ses recherches par le ou la responsable de la salle de consultation, mais on peut également préparer sa venue en consultant auparavant, sur Internet, les inventaires qui sont numérisés (cliquer ici).
À noter que de nombreuses communes de l’Oise ont déposé à Beauvais une partie de leurs propres archives (cliquer ici pour voir la liste des cotes des dossiers communaux). Mais de nombreux autres documents concernant les communes sont disséminés dans les dossiers des diverses séries.
Un petit guide intitulé « Retracer l’histoire d’une commune » est proposé sur le site des Archives de l’Oise (cliquer ici).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à une commune donnée peuvent être listés en utilisant son moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. On peut aussi passer par un sous-ensemble de Gallica consacré au département de l’Oise (cliquer ici).

Voir notamment un extrait de la notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, par Émile Coët (1883).

Autres documents numérisés

Extrait du Précis statistique sur le canton de Ribécourt, de Louis Graves, 1839.
– Albums de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : album n° 1 et album n° 2 (moulin de Loeuiller).
Église Saint-Martin (site “Églises de l’Oise”).
– La bataille du Matz (juin 1918) : article Wikipédia.

Document non numérisé
  • “Autour du Matz et de ses moulins”, ouvrage de Lauriane Leroy, éditions Edhistoriane (Laberlière), 2020. Pages 203 à 2013.
SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION