Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de la CCLO (Communauté de Communes des Lisières de l’Oise).

Une carte postale du milieu du XXe siècle.

Cette commune de 630 habitants, située sur la rive droite de l’Aisne à environ 8 km de sa confluence avec l’Oise, a une superficie de 948 km², dont 60% dépendent de la forêt de Laigue.
Au VIIe siècle, Saint-Drausin, évêque de Soissons, y fonda un monastère, devenu le prieuré Saint-Pierre.
Avant la Révolution, Rethondes dépendait du doyenné de Vic-sur-Aisne (diocèse de Soissons) et de l’élection de Compiègne (généralité de Paris) ; en 1801, c’était la seule commune du canton d’Attichy qui ne dépendait pas de la généralité de Soissons (on y observait la coutume de Senlis).
De nos jours, Rethondes fait partie de la cinquième circonscription de l’Oise (depuis 1988), de l’arrondissement de Compiègne, et du canton de Compiègne 1 depuis 2014 (auparavant, elle faisait partie depuis 1801 du canton d’Attichy).

 

NB : la célèbre “clairière de Rethondes”, où furent signés les armistices de 1918 et de 1940, se situe près du village, sur la rive gauche de l’Aisne, mais fait partie du territoire de Compiègne. Son nom officiel est « clairière de l’Armistice », mais on l’a longtemps appelée « de Rethondes » à cause d’une petite gare ouverte en 1881, située sur la commune de Compiègne, nommée « gare de Rethondes » pour la différencier de la gare principale de la ville, et qui n’existe plus aujourd’hui. C’est de cette gare que partait la voie menant à deux épis ferroviaires cachés dans une futaie, utilisés pendant la guerre pour le tir de longue portée sur les lignes allemandes. Début novembre 1918, recherchant un endroit calme et isolé, le train du maréchal Foch (ainsi que le train spécial mis à disposition de la délégation allemande) y est acheminé pour servir de lieu de négociations et de signature de l’armistice du 11 novembre. Sur ce site, aménagé entre-temps en clairière avec monument, et dans ce même wagon, sera également signé l’armistice du 22 juin 1940.

[ RD, d’après Wikipédia et diverses autres sources ]

Site Internet de la mairie

Cliquer ici pour accéder à la page “Histoire” de ce site. On peut aussi consulter la page “Espace Découverte du Musée Territoire 14-18” (cliquer ici).

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous trouverez bien sûr la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec la commune. Citons notamment un numéro spécial des Annales historiques compiégnoises consacré à Rethondes (2003) : cliquer ici.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à Rethondes peuvent être listés via le moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent, d’autant plus que beaucoup concernent la clairière de l’Armistice. Voici les liens vers quelques documents concernant la commune elle-même :
– Extrait de l’ouvrage “Compiègne et ses environs” de Léon Ewig (1860). Voir les pages 134 à 136.
– Extrait de la “Notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne”, d’Émile Coët (1883). Voir les pages 27 et 28.
– Extrait de l’ouvrage “Essai historique sur le canton d’Attichy”, de J.E. Mermet (1907). Voir les pages 73 à 77.

Autres documents

– Église Notre-Dame et prieuré Saint-Pierre : cliquer ici.
– Albums de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : cliquer ici pour accéder à l’un des 7 albums présents (pour trouver les autres, activer la zone de recherche (taper Ctrl+F), y saisir « Rethondes », et taper une ou plusieurs fois sur la touche Entrée du clavier).

SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION