Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de la CC2V (Communauté de Communes des Deux Vallées).

L’église (avant sa destruction) et le château (cartes postales), et une vue aérienne récente.

Située à une petite vingtaine de kilomètres au nord-est de Compiègne, la commune de Tracy-le-Val a environ 1060 habitants (dénommés Traçotains) ; sa superficie est de 469 hectares (dont pratiquement trois quarts de forêts) ; elle est à l’écart des grands axes de communication.
Tracy (Trapiacum) est mentionné dans un acte du synode de Noyon en 815, par lequel la possession de Bailly, comme dépendance de Tracy, est confirmée à cette paroisse.
Le patronage de l’église de Tracy appartenait à un chantre nommé Haganon ; après son décès, Simon 1er, évêque de Noyon, donna aux chevaliers du Temple de la commanderie d’Eterpigny, par une charte de 1156, l’autel, les dimes de Tracy-le-Val, et une portion de l’autel de Passel.
L
‘église Saint-Éloi, au clocher remarquable, qui date sans doute du XIIe siècle, est un des premiers monuments historiques du département de l’Oise ; elle est affiliée à la paroisse Notre-Dame de la Résurrection de Carlepont. Détruite pendant la guerre de 1914-1918, elle est reconstruite à l’identique dans son style roman primitif, et reçoit sa nouvelle bénédiction en.
La terre de Tracy-le-Val eut pour seigneurs ceux de Tracy-le-Mont.
Un château a été construit vers 1770, et a longtemps appartenu à la famille de L’Aigle ; il est reconstruit en 1882 et a peu souffert des guerres ; actuellement, il fait partie du domaine (privé) du Bois Saint-Mard.
Une sucrerie de betteraves a fonctionné de 1843 à 1856 (Lalouette et Larcanger) et de 1861 à 1894 (Lefranc).
Lors de la première guerre mondiale, le village est âprement disputé de la mi-septembre à la mi-novembre 1914, pendant la “course à la mer” ; il reste aux mains des Français (mais tout près des lignes allemandes) pendant toute la “guerre de position”, jusqu’au repli allemand de mars-avril 1917. En 1918, l’offensive allemande du 9 juin sur le Matz impacte aussi Tracy-le-Val, où les Français se maintiennent malgré des attaques acharnées ; en août, lors de la “deuxième bataille de Noyon”, le village est dégagé ; il est presque complètement détruit.
En 1790, lors de la création du département de l’Oise, Tracy-le-Val appartient au canton de Carlepont, puis, en 1801, à celui de Ribécourt (devenu Ribécourt-Dreslincourt en 1973), puis, depuis 2014, à celui de Thourotte.
Tracy-le-Val fait partie de “l’unité urbaine” de Tracy-le-Mont, commune voisine (au sud), de même code postal, mais qui fait partie, elle, de la CCLO (Communauté de Communes des Lisières de l’Oise).
[ RD, d’après diverses sources ]

Site Internet de la mairie

Page de présentation de la commune.
– Page sur l’histoire de la commune.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont numérisées et consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.
On peut aussi, sur place, à Beauvais (71 rue de Tilloy), consulter (gratuitement) les documents non numérisés. Ceux-ci, regroupés par dossiers cotés, sont très nombreux… On peut se faire aider dans ses recherches par le ou la responsable de la salle de consultation, mais on peut également préparer sa venue en consultant auparavant, sur Internet, les inventaires qui sont numérisés (cliquer ici).
À noter que de nombreuses communes de l’Oise ont déposé à Beauvais une partie de leurs propres archives (cliquer ici pour voir la liste des cotes des dossiers communaux). Mais de nombreux autres documents concernant les communes sont disséminés dans les dossiers des diverses séries.
Un petit guide intitulé « Retracer l’histoire d’une commune » est proposé sur le site des Archives de l’Oise (cliquer ici).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à une commune donnée peuvent être listés en utilisant son moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. On peut aussi passer par un sous-ensemble de Gallica consacré au département de l’Oise (cliquer ici). Citons surtout un extrait de la notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, d’Émile Coët, 1883 (pages 425 à 428).

Autres documents numérisés

Extrait du Précis statistique sur le canton de Ribécourt, de Louis Graves, 1839.
Album de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens).
– L’église Saint-Eloi : article de l’encyclopédie Wikipédia, et site “Églises de l’Oise” ; illustrations extraites de Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, d’Alphonse de Cayeux, Charles Nodier, et Justin Taylor, Picardie, 1845.
Tracy pendant la guerre (1914 et 1915), témoignage de l’abbé Callard, extrait du site http://www.compiegne1914.fr.

Document non numérisé
  • Châteaux et gentilhommières des Pays de l’Oise, tome 2, de Philippe Seydoux, éditions de la Morande (Paris), 199 à 201.
SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2024. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION