Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de l’ARCBA (Agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne).

L’église Saint-Martin

Situé à environ 2 km de Compiègne, sur la rive droite de l’Oise, face à la Cité, Venette est devenu, de simple village d’autrefois, un bourg qui approche les 3000 habitants.
Son territoire s’étend sur 846 hectares, à une trentaine de mètres en bordure de la rivière Oise qu’elle domine d’une dizaine de mètres au entre du village et de 60 à 80 mètre sur le plateau qui la prolonge. Le toponyme de Venette vient-il de venare, vener en ancien français qui signifie “chasser” du fait de l’implantation d’un pavillon de chasse royal ?
La présence de l’homme y est ancienne, au moins depuis la Tène et la période gauloise, certainement depuis la période gallo-romaine. On y a retrouvé la trace de plusieurs villae (Corbeaulieu, bois de Plaisance, Champ Cailloux), et en 1830, lors de la construction de l’écluse, on a eu la preuve de l’existence d’un gué antique. Y aurait-il eu un pont romain qui aurait subsisté jusqu’au Xème siècle? On n’en a pas la preuve archéologique.
Un texte de la vie de saint Ansbert mentionne l’existence d’un établissement royal mérovingien en 695 dont on ignore l’implantation : “ad Venittam villam regiam quae est in pago Bellovacensi secus fluvium Iseram”.
En mai 877, Charles le Chauve donne en dotation à l’abbaye Saint-Corneille de Compiègne la chapelle de Venette et  le tonlieu  (taxe sur les ventes) lors du marché annuel en la prairie de Venette. En 922, Charles le simple concède à l’abbaye l’Oise avec sur ses deux rives le droit de pèche et navigation depuis le confluent vis-à-vis de Clairoix, jusqu’au pont de Venette... Des faits d’histoire sont particulièrement documentés dans la commune. Ainsi on sait qu’au IXème siècle les Normands détruisent la maison royale et le village et qu’au début du Xème siècle Charles le Simple rétablit l’église avec 12 maisons. ; qu’en 1307 nait dans la commune Jean Fillon, dit Jean de Venette, qui devint prieur des Carmes à Paris et composa de L’histoire des trois Maries, poème de près de 4000 vers. C’est lui qui nous fit connaitre l’histoire du Grand Ferré, natif du village voisin de Rivecourt. En 1358, Venette est brulé par les Navarrais, occupé et en partie brulé par les Anglais qui y campent lors du siège anglo-bourguignon de Compiègne de mai-octobre 1430. Ce désastre se reproduisit en avril 1814, lors des derniers combats de la campagne de France. Réagissant à la résistance de francs-tireurs habitants dans la commune, une colonne de 800 cavaliers, cosaques et uhlans saxons, commandée par le colonel Von Geismar, investit le centre du village ; 34 habitants qui n’ont pas pu fuir sont massacrés et leurs corps exposés sur la place de l’église, 160 maisons sont brûlées. Les traces de l’incendie sont encore visibles sur certains murs des maisons. Les dommages s’élèvent à trois cent vingt huit mille francs. Le maire, Alfred de Seroux, demanda une aide particulière au roi Louis XVIII.
Jusqu’à la Seconde guerre mondiale, Venette est une commune essentiellement agricole et maraichère. Les terres labourables du plateau représentent 80% des surfaces cultivables en céréales, alors que les coteaux bien exposés sont consacrés à la vigne jusque dans les années 1880 et produisent un vin clairet, surtout destiné à couper l’eau potable. Ses maraichers fréquentent les marchés hebdomadaires de Compiègne.
Avec l’après-guerre, et surtout au détour des années 1970, Venette voit se développer une activité industrielle (Robbe et Novance, Akzo Chemical, Inergy Automotive System …) et la zone commerciale de Carrefour avec ses nombreuses enseignes.
De village, Venette est devenu avec le temps une agréable zone d’habitations suburbaines, proche du centre de Compiègne.

Jean-Pierre Duterne, d’après l’article de François Callais – Philippe Bonnet-Laborderie, “Entre rivières et forêts, la communauté compiégnoise” – GEMOB 2005.

Site Internet de la mairie de Venette

Accédez à la section patrimoniale de la commune de Venette :
– Histoire de la commune.
Patrimoine, “Manoirs et pigeonniers”.
Patrimoine, l’église Saint-Martin.

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous trouverez bien sûr la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec Venette.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc. Par exemple :
Photographies et cartes postales de Venette (Écrire le nom de la commune dans la fenêtre).
Plan cadastral napoléonien (Écrire le nom de la commune dans la fenêtre).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à Venette peuvent être listés via le moteur de recherche. Par exemple :
– Notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, par Emile COËT – 1883.
Essais historiques sur les cantons d’Attichy, Compiègne et Estrée-Saint-Denis, par J.E. MERMET – 1907.
Le Major Otenin et Compiègne en 1814, par Edmond CAILLETTE DE L’HERVILLIERS – 1866 ; voir les pages 63 et suivantes, concernant le massacre de Venette.
Une excursion à Venette en 1929. Société historique de Compiègne.
–  Précis statistique sur le canton de Compiègne, arrondissement de Compiègne (Oise), par Louis GRAVES, 1850

Autres documents

Album de cartes postales et documents divers concernant Venette (Collection Daniel DEBEAUME).
Les écluses de Venette, cartes postales et photographies anciennes (Collection Daniel DEBEAUME).
– Histoire du barrage de Venette.
Église Saint-Martin à Venette.
– La première photographie de Venette, vers 1860

SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION