Skip to content Skip to footer
Présentation rapide de la commune

Commune de l’ARCBA (Agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne).

L’église Saint-Médard de Bienville – photo SHC.

La prospection aérienne a repéré une villa gallo-romaine sur le domaine de la commune de Bienville, et le mont Ganelon qui la domine est un oppidum qui a été occupé dès le Néolithique.
Blaboldi villa en 863, Buenvilla en 1159, Bieville ou Bierville plus tard, Bienville, commune de 453 habitants en 2019, tient son nom d’une personne ayant habité dans les lieux. Le territoire de la commune s’élève jusqu’au plateau du mont Ganelon qui la domine au nord, et s’étend de l’autre côté sur la plaine de Margny. Celle-ci est traversée par la rivière Aronde qui se jette dans l’Oise après 27 km de parcours.
La terre de Bienville appartenait aux religieux de Saint-Denis par un diplôme de Charles-le-Chauve de 863. Bienville est alors nommée “Blaboldi villa super fluvium aronnae“.
Au XVIIe siècle, les terres de Bienville appartiennent à la famille Seroux ; Claude Seroux, mort en 1651, conseiller du roi, capitaine-major de Compiègne, était seigneur de Commodelle et Bienville. La seigneurie de Bienville revint ensuite à la Maison de Vallon, et par acquisition en 1714 au commissaire des guerres Duprez. Elle échut ensuite par héritage à son gendre le comte de Danger, lieutenant général. Dans le chœur de l’église une inscription rappelle la sépulture de Claude Vallon et de la comtesse Danger, décédés en 1750.
L’église paroissiale, dédiée à Saint-Médard, commencée début du XVIe siècle, sera incendiée, ainsi que le village, lors de l’invasion espagnole de 1646, et ne sera achevée qu’au XVIIe. Louis XIII donna à la commune une maison pour en faire une école, afin de la dédommager des pertes éprouvées par les ennemis.

L’ancien arrêt du chemin de fer sur la voie verte à Bienville – photo SHC.

Contrairement aux communes proches, les terres dépendant de Bienville étaient plus consacrées à la culture de céréales (236 ha) que des vignes (16 ha). Ce qui peut expliquer la présence d’un moulin au fil de la rivière Aronde, qui fonctionna jusqu’au début des années 70.
A la fin du XIXe siècle, on établit une ligne de chemin de fer entre Compiègne et Roye qui s’arrêtait à Bienville ; elle disparut après la Seconde guerre mondiale et fut transformée en une voie verte fort agréable. Le petit arrêt a été conservé.
Village essentiellement agricole jusque dans les années 1960, Bienville, comme bien d’autres communes autour de Compiègne, est devenue une plaisante commune dortoir pour les habitants du Compiégnois. Elle a vu ainsi sa population passer de 239 en 1946 à 453 habitants en 2019.
Bienville est la patrie de Charles Barthélémy, mort en 1641, écrivain estimé par le Cardinal de Richelieu.

Jean-Pierre Duterne

Site Internet de la mairie

Cliquer ici pour accéder à la page “Histoire” de ce site.

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous trouverez bien sûr la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec la commune.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont numérisées et consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.
On peut aussi, sur place, à Beauvais (71 rue de Tilloy), consulter (gratuitement) les documents non numérisés. Ceux-ci, regroupés par dossiers cotés, sont très nombreux… On peut se faire aider dans ses recherches par le ou la responsable de la salle de consultation, mais on peut également préparer sa venue en consultant auparavant, sur Internet, les inventaires qui sont numérisés (cliquer ici).
À noter que de nombreuses communes de l’Oise ont déposé à Beauvais une partie de leurs propres archives (cliquer ici pour voir la liste des cotes des dossiers communaux). Mais de nombreux autres documents concernant les communes sont disséminés dans les dossiers des diverses séries.
Un petit guide intitulé « Retracer l’histoire d’une commune » est proposé sur le site des Archives de l’Oise (cliquer ici).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à une commune donnée peuvent être listés en utilisant son moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. On peut aussi passer par un sous-ensemble de Gallica consacré au département de l’Oise (cliquer ici).

Voici les liens vers quelques documents concernant Bienville :
– Notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, par Emile COET, 1883.
– Courses archéologiques autour de Compiègne, par le chanoine Eugène MULLER, 1904.
– Essai historique sur le canton de Compiègne, par J.E. MERMET, 1907.

Autres documents numérisés

– Précis statistique sur le canton de Compiègne, par Louis Graves, 1850.
– Album de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : cliquer ici pour y accéder.
– Église Saint-Médard : cliquer ici.

Document non numérisé
  • La vallée de l’Aronde (et ses moulins), de Marcel Hémery, Société historique de Compiègne, 1964 (pages 78 à 83).
SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION