Skip to content Skip to footer
Les coteaux de Margny vers 1830

A deux titres, Compiègne, dans l’histoire, voit son nom rattaché au commerce et à la culture du vin.

Depuis le haut Moyen-Âge jusqu’au milieu du XVe siècle, Compiègne est l’une des places les plus importantes du royaume pour le commerce des vins de Bourgogne et de Loire vers les villes de Flandre et du nord de l’Europe. Des milliers de barriques accostent chaque année les quais de l’Oise, avant d’être transportées par voie de terre vers ces marchés septentrionaux. Cette activité engendre une grande prospérité pour la ville mais sera mise à  mal lors des désordres de la Guerre de Cent Ans.

Autre facette de la culture du vin, les coteaux des villages autour de Compiègne sont couverts de vignobles, et cette activité agricole est l’une des plus importantes de la région. D’où la naissance de traditions, de légendes et d’histoires plaisantes. Les vignes disparaitront au début du XXe siècle à  cause du phylloxera mais surtout de la concurrence des vins du sud de la France, importés par le chemin de fer.

Dans une étude très documentée, Rémi Duvert nous décrit les vignobles tels qu’ils étaient jusqu’au milieu du XIXe siècle sur les coteaux de Clairoix et des villages alentour ; il nous fait vivre leur renaissance aujourd’hui dans le village de Clairoix, où des passionnés ont replanté quelques arpents en 2011 et produisent des cuvées depuis 2015.

 Vignes de Clairoix et de sa région

SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION