Skip to content Skip to footer
Saint-Pierre des Minimes (photo SHC)

C’est l’église, encore en place, la plus ancienne de Compiègne, l’édifice actuel ayant été construit au cours du XIIe siècle. Saint-Pierre fut d’abord un oratoire rural destiné aux habitants du domaine agricole concédé par Charles le Chauve à la future abbaye Saint-Corneille, elle en devint un prieuré en 1185. Au début du XVIIe siècle, les Minimes, ordre de bénédictins réformés par l’italien saint François de Paule, s’y installèrent et édifièrent les bâtiments claustraux voisins qui servent d’école depuis 1791.
La Révolution dispersa le mobilier et anéantit le décor ; la relique dite du “bonnet de saint François” disparut alors ; le clocher et la partie droite de l’église furent abattus. Le portail est orné de sculptures très abîmées.
L’ensemble, longtemps masqué, a été restauré en 1991-95. Dirigé par le cardinal de Bérulle et le Père de Condren, prêtres de l’Oratoire, un groupe de saintes femmes fréquentait cette église.
Parmi elles : Barbe Frémault (1599-1636), servante morte en odeur de sainteté, y fut inhumée ; son héritière spirituelle, Antoinette Vivenel (1612-1678), une “Sévigné cloîtrée”, chanoinesse de Sainte-Périne après son veuvage. En 1865 l’église servit de stand de tir, puis de salle de gymnastique, avant que sa façade ne soit dégagée par la destruction d’une banque qui masquait le portail occidental daté de 1160. .Depuis Saint-Pierre des Minimes est devenue un lieu privilégié présentant des expositions temporaires organisées par la Ville.
Texte de François Callais

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’ouvrage suivant :
“Le prieuré de Saint-Pierre des Minimes de Compiègne“, par Jacques PHILIPPOT, 1937, 61 pages
Les églises de l’Oise, Saint-Pierre des Minimes
Précis statistique sur le canton de Compiègne,, par Louis GRAVES, 1850
Congrès archéologique de France , 1906, par le baron de BONNAULT D’HOUET
Le tympan de portail des Minimes à Compiègne , par ME LEFEVRE-PONTALIS

 

SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION