Skip to content Skip to footer

Arsy

Présentation rapide de la commune

Commune de la CCPE (Communauté de Communes de la Plaine d’Estrées).

L’église Saint-Médard.

Située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Compiègne, à l’intersection de deux importants axes routiers (l’autoroute A1 et la route nationale 31), Arsy est une commune rurale de 727 hectares (dont environ 60% de territoires agricoles) et d’environ 770 habitants (dénommés Arsiens).
Arsy a appartenu à la famille seigneuriale de Gouy de 1480 à la Révolution.
Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, probablement pour le comte François de Gouy, un château fut construit au lieu-dit Le Parc, à l’ouest de l’église, par Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), premier architecte du Roi et neveu du grand Mansart. Il était entouré d’un parc d’une quarantaine d’hectares, et d’un jardin anglais créé par le célèbre jardinier André Le Nôtre. La propriété fut détruite lors de la Révolution.
L’église paroissiale Saint-Médard, qui fut longtemps l’église du château, renferme le caveau des seigneurs d’Arsy.
En 1864, Arsy a vu naître l’artiste Séraphine Louis, dite Séraphine de Senlis, décédée en 1942.
Avant la Révolution, Arsy, au point de vue religieux, faisait partie du doyenné de Pont-Sainte-Maxence (diocèse de Beauvais) ; au point de vue judiciaire, elle dépendait du bailliage de Clermont, et du point de vue administratif, de la généralité de Soissons et de l’élection de Clermont… Depuis 1802, elle appartient au canton d’Estrées-Saint-Denis.
[ RD, d’après diverses sources ]

Site Internet de la mairie

Cliquer sur cette ligne pour accéder à la rubrique “Histoire” du site de la mairie.

On peut aussi consulter la page consacrée à Arsy sur le site de la CCPE (cliquer ici).

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous trouverez la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec Arsy.

La Revue du pays d’Estrées

Cette revue est éditée depuis janvier 2002 par l’Association des Deux Montagnes, basée à Grandfresnoy. Parmi ses nombreux articles, mais aussi au sein des diverses brochures également éditées par l’association, on trouve des textes concernant la commune : par exemple :
– un article sur les pompiers d’Arsy, dans le n° 8 d’octobre 2003 ;
– une biographie de l’artiste Séraphine Louis, dans le n° 24 d’octobre 2007 ;
– un texte sur C.J.A.Lardenois, curé de Jonquières et d’Arsy, dans le n° 43 de juillet 2013 ;
– un article intitulé « La route royale n° 31 aux environs d’Arsy, avant 1850 », dans le n° 48 d’octobre 2013 ;
– « Un écrivain toulousain à Arsy : Pierre Gamarra », dans le n° 50 d’avril 2014.

Pour accéder au site de l’association, dénommé “Mémoires des Pays d’Oise”, cliquer ici.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont numérisées et consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.
On peut aussi, sur place, à Beauvais (71 rue de Tilloy), consulter (gratuitement) les documents non numérisés. Ceux-ci, regroupés par dossiers cotés, sont très nombreux… On peut se faire aider dans ses recherches par le ou la responsable de la salle de consultation, mais on peut également préparer sa venue en consultant auparavant, sur Internet, les inventaires qui sont numérisés (cliquer ici).
À noter que de nombreuses communes de l’Oise ont déposé à Beauvais une partie de leurs propres archives (cliquer ici pour voir la liste des cotes des dossiers communaux). Mais de nombreux autres documents concernant les communes sont disséminés dans les dossiers des diverses séries.
Un petit guide intitulé « Retracer l’histoire d’une commune » est proposé sur le site des Archives de l’Oise (cliquer ici).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à une commune donnée peuvent être listés en utilisant son moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. On peut aussi passer par un sous-ensemble de Gallica consacré au département de l’Oise (cliquer ici).

Voici les liens vers quelques documents intéressants :
– Notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, d’Émile Coët, 1883 (pages 82 à 86).
– Essai historique sur le canton d’Estrées-Saint-Denis, de J.E. Mermet, 1907 (pages 190 à 194).

Autres documents numérisés

– Extrait du Précis statistique sur le canton d’Estrées-Saint-Denis, de Louis Graves, 1832 (p. 31-32).
– Album de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : cliquer ici.
– Histoire du château d’Arsy (site Internet de la famille O’Mahony) : cliquer ici.
– Église Saint-Médard (site “Églises de l’Oise”) : cliquer ici.

Autres documents non numérisés

Manuscrits et dessins aquarellés de Jean Antoine Léré ; vers 1820 ; bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne, cote VDC/XXIV-16.

Le camp de Compiègne de 1739

Introduction par Arthur de Marsy. Cette relation de Gabriel Scellier a été rédigée par un bourgeois et annaliste reconnu de Montdidier qui assista aux diverses opérations du siège. Le carrefour du Polygone garde, dans le Grand Parc, le souvenir de ce camp.

Autour de Compiègne

Les communautés de communes de l'Oise-nord-est. La Société historique de Compiègne souhaite ici offrir au public un recueil de données sur l'histoire des communes du Compiégnois, qui sert également d'espace de diffusion des recherches historiques locales. Pour consulter la page consacrée à une commune, cliquer sur son…

L’église Saint-Jacques

L'église Saint-Jacques, d'après Tavernier de Jonquières Cette paroisse, créée en 1199, tient son patronyme d’une des routes de Compostelle. Le parvis et la place furent longtemps occupés par un cimetière qui subsista jusqu’en 1785; il s’était établi sur la Cour le Maïeur, premier lieu de réunion…

Excursions archéologiques de 1876 à 1900

On trouve dans ce volume les comptes-rendus, rédigés pour la plupart par Arthur de Marsy, de cinquante excursions faites aux environs proches de Compiègne. On y décrit un patrimoine que les deux guerres mondiales n'ont pas encore abîmé.
SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION