Skip to content Skip to footer

Chevrières

Présentation rapide de la commune

Commune de la CCPE (Communauté de Communes de la Plaine d’Estrées).

Une carte postale des années 1960 environ.

Située à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Compiègne, Chevrières est une commune assez étendue (1240 hectares) et compte un peu plus de 2 000 habitants (dénommés Civrieriens).
Le territoire communal est composé, au centre, d’un « village rue » (autour de la RD13), au nord, de terres agricoles, et au sud, essentiellement de marais et de bosquets. Tout près au sud, sur la commune de Longueil-Sainte-Marie, on trouve l’Oise et une sortie de l’autoroute A1.
Chevrières est traversée par la ligne de chemin de fer Paris-Compiègne-Maubeuge, et une gare y est toujours en service.
Au nord, à cheval sur les communes de Chevrières et Grandfresnoy, est implantée depuis 1876 une sucrerie de betteraves, qui a porté différents noms (Bullot, Hervaux, Duchêne…), a été rachetée par Beghin Say en 1975, et qui fait partie du groupe coopératif sucrier Tereos France depuis 2003.
Au début du VIIIe siècle, Childebert III donna des terres à l’abbaye de Saint-Wandrille (Seine-Maritime). À la fin du XIIe siècle, le roi de France Philippe-Auguste, qui possédait une partie du village, lui octroya divers privilèges, confirmés plus tard par Saint-Louis.
L’église Saint-Georges, édifiée entre 1530 et 1545 dans le style gothique flamboyant, sous l’impulsion du seigneur local Robert de Broully, contient de très beaux vitraux.
Parmi les personnages locaux, citons le chanoine Morel (1842-1919), curé de la paroisse de 1872 à sa mort, un érudit auteur de nombreuses études historiques.
Avant la Révolution, Chevrières, au point de vue religieux, faisait partie du doyenné de Pont-Sainte-Maxence (diocèse de Beauvais) ; au point de vue judiciaire, elle dépendait du bailliage de Soissons, et du point de vue administratif, de la généralité de Soissons et de l’élection de Clermont… Depuis 1802, elle appartient au canton d’Estrées-Saint-Denis.
[ RD, d’après diverses sources ]

Site Internet de la mairie

Cliquer sur cette ligne pour accéder à la rubrique “Histoire” du site de la mairie.
On y trouve 6 documents téléchargeables, et on peut aussi y consulter 6 albums de cartes postales anciennes.

Documents présents ailleurs sur le site “Histoire de Compiègne”

En cliquant ici, vous accédez aux résultats du moteur de recherche ; vous trouverez la présente page, mais aussi des liens vers d’autres articles et pages qui ont un lien avec Chevrières.

La Revue du pays d’Estrées

Cette revue est éditée depuis janvier 2002 par l’Association des Deux Montagnes, basée à Grandfresnoy. Parmi ses nombreux articles, mais aussi au sein des diverses brochures également éditées par l’association, on trouve des textes concernant la commune ; par exemple :
– l’histoire d’une usine de produits chimiques (1898-1930), dans le n° 30 d’avril 2009 ;
– un texte intitulé “au cœur du village”, dans le n° 76 de mai 2021.

Pour accéder au site de l’association, dénommé “Mémoires des Pays d’Oise”, cliquer ici.

Archives départementales de l’Oise

Un certain nombre d’archives sont numérisées et consultables sur Internet (cliquer ici) : état civil, recensements, registres matricules, cartes et plans, etc.
On peut aussi, sur place, à Beauvais (71 rue de Tilloy), consulter (gratuitement) les documents non numérisés. Ceux-ci, regroupés par dossiers cotés, sont très nombreux… On peut se faire aider dans ses recherches par le ou la responsable de la salle de consultation, mais on peut également préparer sa venue en consultant auparavant, sur Internet, les inventaires qui sont numérisés (cliquer ici).
À noter que de nombreuses communes de l’Oise ont déposé à Beauvais une partie de leurs propres archives (cliquer ici pour voir la liste des cotes des dossiers communaux). Mais de nombreux autres documents concernant les communes sont disséminés dans les dossiers des diverses séries.
Un petit guide intitulé « Retracer l’histoire d’une commune » est proposé sur le site des Archives de l’Oise (cliquer ici).

BNF (Bibliothèque Nationale de France)

La BNF a mis en ligne, dans sa base dénommée Gallica, de très nombreux documents ; ceux relatifs à une commune donnée peuvent être listés en utilisant son moteur de recherche, mais il est souvent difficile de s’y retrouver parmi les résultats qui s’affichent. On peut aussi passer par un sous-ensemble de Gallica consacré au département de l’Oise (cliquer ici).

Voici les liens vers quelques documents intéressants sur le Chevrières de l’Oise :
– Notice historique et statistique sur les communes de l’arrondissement de Compiègne, d’Émile Coët, 1883 (pages 88 à 90).
– Essai historique sur le canton d’Estrées-Saint-Denis, de J.E. Mermet, 1907 (pages 198 à 202).
Bio-bibliographie de l’abbé Morel, écrite par le chanoine Pihan, 1923 (131 pages).

Autres documents numérisés

– Extrait du Précis statistique sur le canton d’Estrées-Saint-Denis, de Louis Graves, 1832 (p. 34-35).
– Album de Daniel Debeaume (cartes postales, photos, et divers documents anciens) : cliquer ici.
– Église Saint-Georges : on peut par exemple consulter le site Wikipédia (cliquer ici) ou le site « Églises de l’Oise » (cliquer ici).
– Sucrerie : cliquer ici.

Autres documents non numérisés
  • Histoire de Chevrières – la seigneurie et la paroisse depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, de l’abbé Charles Signerin, 1894 ; réédition en 2005.
  • Histoire de Chevrières, du chanoine Émile Morel (et complétée par François Callais), Société historique de Compiègne, 2000, 155 p ; ouvrage épuisé, mais consultable par exemple à la bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne.
  • Manuscrits et dessins aquarellés de Jean Antoine Léré ; vers 1820 ; bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne, cote VDC/XXIV-16.
SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE COMPIÈGNE © 2022. TOUS DROITS RÉSERVÉS • UNE RÉALISATION